Vive le Québec libre De Gaulle au Québec




Vive le Québec libre De Gaulle au Québec



Invité par le premier ministre du Québec, Daniel Johnson, (et non par le gouvernement canadien), le 15 juillet 1968, notre de Gaulle embarque à bord du Colbert à Brest.

Durant la traversée, il aurait confié à son gendre : « Je compte frapper un grand coup. Ça bardera, mais il le faut.»
Ajoutant même : « C'est la dernière occasion de réparer la lâcheté de la France. »

Le dimanche 23 juillet, au matin, de Gaulle débarque à l'Anse-aux-Foulons, à Québec.

Le 24 juillet 1967, à 19 heures 30, 15 000 personnes attendent ce vieux Gaulle devant l'hôtel de ville de Montréal... il arrive un peu de retard.
Il est prévu que le président salue la foule au balcon, mais aucun discours ne doit y être prononcé.
Le général demande à dire quelques mots... Les micros sont branchés et Charles de Gaulle prononce son historique discours.

« C'est une immense émotion qui remplit mon cœur en voyant devant moi la ville de Montréal française. Au nom du vieux pays, au nom de la France, je vous salue.
Je vous salue de tout mon cœur ! Je vais vous confier un secret que vous ne répèterez pas. Ce soir ici, et tout le long de ma route, je me trouvais dans une atmosphère du même genre que celle de la Libération.
(...)
Si vous saviez quelle confiance la France réveillée, après d'immenses épreuves, porte maintenant vers vous.
(...)
La France entière sait, voit, entend, ce qui se passe ici et je puis vous dire qu'elle en vaudra mieux.
Vive Montréal ! Vive le Québec ! (et c'est déjà l'ovation)

Vive le Québec libre ! (alors là, très très longue ovation)